Le mot du 1er Secrétaire

Nouvelle année : quel avenir pour la FRANCE ? Pour l’EUROPE ?

La pandémie aura eu raison de bien des certitudes : fin de la mondialisation « heureuse » – l’EUROPE à découvert – frontières fermées – incapacité à définir un projet commun de lutte contre le virus – tractations infinies avec la Grande-Bretagne suite au Brexit… et dans notre pays, gestion au fil de l’eau des conséquences de la crise : sans masques, avec masques, sans tests, avec tests, avec pénurie généralisée de protections dans les hôpitaux, les EHPAD, les services publics et maintenant sans vaccins.

La cupidité, l’appât du gain a permis cet abandon de souveraineté nationale et, par voie de conséquence, l’illusion savamment entretenue d’une prétendue solidarité européenne.

La Grèce en avait fait les frais lors de la crise financière de 2008, en 2020 les égoïsmes nationaux ont fait le reste. Le plan de relance proposé bat de l’aile (la Pologne et la Hongrie s’y opposent) et le Conseil Européen s’y soumet puisque ces deux pays font appel devant la Cour Européenne de justice.

Alors, il est temps de revoir tous ces traités qui sont désormais battus en brèche par la réalité sociale, économique, monétaire.

L’urgence commande de redonner à la France et à l’EUROPE un nouveau souffle, un nouveau projet basé sur la nécessaire coopération entre « États membres », en prenant exemple sur la loi CHEVÈNEMENT sur l’intercommunalité qui évite le blocage induit par la règle de l’unanimité et respecte la culture de toutes ses composantes (majorité qualifiée).

Qui peut porter ce projet ? La Gauche unie et responsable, soucieuse de l’Avenir de la planète, confiante dans la science et les progrès qu’elle apporte, intransigeante quant aux valeurs qu’apportent les régimes démocratiques.

Il n’y aura pas d’Avenir pour la France sans une EUROPE indépendante.

Il n’y aura pas d’EUROPE sans une France forte, soucieuse des intérêts des peuples avant ceux des multinationales qui n’ont pas de Patrie et veillent, uniquement, au bien-être de leurs actionnaires.

Nos Anciens disaient : « plus la Gauche a de problèmes, plus je me sens proche d’Elle ». C’est le moment de le prouver et de nous rejoindre. L’Union des forces de progrès est la seule solution pour celles et ceux qui aspirent à un VRAI CHANGEMENT.

Très sincèrement,

Jean-Marie ALEXANDRE
1er Secrétaire du MDC

Adhésion

Téléchargez le bulletin

d'adhésion au format PDF

Newsletter

Toute l'actu du MDC dans votre boîte aux lettres