Actualités

image
30.03.21

CHACUN POUR TOUS

J’ai choisi ce titre en opposition au « chacun pour soi » qui est très usité.
Afin de tendre vers cette nouvelle conception collective, il faut se débarrasser d’une attitude très répandue : celle du « contempteur ».
D’instinct, nous le sommes tous plus ou moins quand souvent nous dénigrons, critiquons, discréditons les idées, propositions ou suggestions des autres.
C’est si facile d’être méprisant, médisant, censeur ou détracteur.
À l’inverse, le « chacun pour tous » doit nous motiver afin que dans chaque idée exprimée par un tiers, nous nous efforcions de dégager la moindre parcelle d’utilité pour s’en faire l’avocat.

Exemple :
Actuellement, un énorme problème se pose pour sortir de la pandémie. En l’abordant avec un esprit « Cartésien », on peut le diviser en plusieurs petits problèmes et les aborder successivement.
À cause du port du masque, ayant rencontré des difficultés lors de réunions à la fois pour « communiquer » et participer à la traditionnelle convivialité, j’ai appliqué la méthode : proposer, analyser, solutionner.

Proposition pour améliorer la communication sachant qu’il existe déjà des masques transparents : placer dans le masque classique un mini-micro haut-parleur afin que la parole soit audible par tous les participants.
Après analyse, toutes les personnes avec lesquelles j’ai essayé cette solution ne l’ont pas partagée à cause des difficultés techniques, du coût, de l’esthétique, de la gêne pour l’utilisateur etc. Elles ont raison. En continuant mes recherches, j’ai trouvé l’existence d’un mini porte-voix individuel qui est utilisé par des enseignants, des guides touristiques etc. Il comprend un micro fixé sur l’oreille avec un conduit allant devant la bouche. Le haut-parleur sans fil est indépendant et se place où l’on veut.
La solution consisterait à placer le micro sous le masque et le résultat est intéressant. Car la protection reste identique. Je l’ai d’ailleurs utilisé personnellement à différentes occasions avec un résultat positif.
J’ai même proposé d’utiliser ce moyen à 6 ou 10 personnes espacées d’un mètre cinquante dans une salle de réunion afin de pouvoir prendre des décisions au niveau des associations.
J’ai pratiqué la visio-conférence à plusieurs reprises mais rien ne vaut le présentiel.

Concernant le problème de la convivialité, j’ai proposé de ne protéger que le nez avec le masque afin de pouvoir boire ou manger.
Je n’ai rien inventé car cette forme de masque existait déjà au siècle précédent.
En proposant cette solution, j’ai rencontré de nombreux « contempteurs » qui n’ont pas ménagé leurs critiques et analyses négatives : parents, amis, corps médical, infirmiers même l’A.R.S. !
À juste titre, tout le monde se complaît à dire que la COVID est très peu propagée pas les seules voies nasales.
En conséquence cela servait à peu de chose de ne protéger que le nez….
Ma réponse est que, même si cette solution ne sauverait qu’une seule vie, pour moi elle est utile.
J’ai expérimenté le masque plié en deux et ne recouvrant que le nez. Cela permet de manger tout en protégeant les narines. Ce n’est pas l’idéal mais supportable.

Je vous invite donc à éviter d’être un contempteur ou une contemptrice afin de défendre et de promouvoir les idées qui seront proposées par notre Mouvement dans le cadre de nos prochaines actions.

Jean FRANCOIS, conseiller municipal d’Angres et membre du Bureau 59/62 du Mouvement des Citoyens

Adhésion

Téléchargez le bulletin

d'adhésion au format PDF

Newsletter

Toute l'actu du MDC dans votre boîte aux lettres