Actualités

image
04.03.21

PRÉSIDENTIELLES 2022

Un projet commun pour faire rejoindre les deux rives de la République pourrait être d’annoncer la volonté commune de la Droite et de la Gauche – par exemple pour Xavier Bertrand, ou Michel Barnier, et Arnaud Montebourg – de travailler sur la place de la France et de l’Europe dans la Troisième Révolution Industrielle. 

Je sais, pour avoir les entendu à l’Assemblée   Nationale, lors d’un débat de « République moderne », que Arnaud Montebourg et Thierry Breton partagent un certain nombre de points de vue, notamment sur les questions concernant les technologies relatives à l’informatique, à Facebook, à l’électronique etc. 

Au moment même :

  • où la production de voitures électriques en Europe est ralentie, faute de composants électroniques fabriqués essentiellement à Taïwan et en Corée du Sud, (voir notamment ce qu’en pensent Mathieu Mucherie et Loïk Le Floch Pringent dans un article sur le site d’Atlantico en cliquant ici).
  • où Bruno Lemaire s’oppose au rachat de Carrefour par le Canadien « Couche-tard » en s’appuyant sur les décrets Montebourg , mais sans jamais le dire,
  • où Sanofi , qui a bénéficié de beaucoup d’aides publiques de la part de la France, dégraisse dans son équipe de recherches et accorde des dividendes très importantes à ses actionnaires tout en étant, pour le moment,  incapable de proposer un vaccin (mais sur ce dernier point je suis moins critique : quand on cherche on n’est pas certain de trouver, mais quand on dégraisse on est certain de l’absence de résultats)
  • au moment où on veut relocaliser une partie de la production des médicaments en Europe (*cf. note à la fin ) on laisse filer ce qu’il y avait en France faute de financements (https://geopragma.fr/lhumiliante-absence-dun-vaccin-francais/),
  • au moment où la production de turbines électriques, jadis fabriquées par Alstom, a été rapatriée aux États-Unis, alors que les créations d’emplois promises lors de cette cession à CGE n’ont toujours pas vu le jour,
  • au moment même où le soja des États-Unis entre toujours sans droits de douanes en Europe et compromet la mise en œuvre du plan « protéines »,
  • au moment où la loi de programmation pluriannuelle de la recherche promet une montée en puissance,  mais pour plus tard, et où l’ANR  l’Agence Nationale de la Recherche), en ayant le quasi-monopole des financements des recherche étouffe  presque toutes recherches libres, dont on sait qu’elles peuvent être fécondes,
  • au moment même où on a annoncé la nomination  de François Bayrou à la tête du Commissariat général au Plan recréé, mais dont on voit bien qu’il ne se préoccupe guère du redressement industriel (d’ailleurs comment  le pourrait-il avec la doxa libérale de l’actuel Président).

    Bref je pourrais continuer la liste… Tout cela oblige à réfléchir, à identifier sérieusement sur ce qu’il faudrait relocaliser d’une part en France, et d’autre part en Europe, sachant que l’industrie allemande a toujours une grande longueur d’avance. Et aussi quelle démondialisation solidaire il faudrait envisager.

    Le dessin ci-dessous résume bien la situation française :

* En 2019 l’Allemagne dégageait un très fort excédent commercial sur les produits sanitaires (+20 milliards d’euros), alors que la France était tout juste à l’équilibre et affichait un déficit significatif à la fois pour les équipements de protection et les appareils médicaux : l’Allemagne exportait, début 2020, dix fois plus de composants liés aux tests du COVID. Cette asymétrie entre la France et l’Allemagne nous disaient des économistes autour de Philippe Aghion du Collège de France, s’est creusée depuis le début des années 2000.  Les importations de la France viennent majoritairement de pays de l’Union Européenne, principalement d’Allemagne (19%). Mais nous dépendons aussi d’importations de pays plus lointains comme la Chine (4,5%) ou les États-Unis (4,1%). En outre, 26.5% de nos importations proviennent, de la Belgique et les Pays-Bas, en fait sans doute de plus loin, via les ports d’Anvers et de Rotterdam.

Arthur RIEDACKER, membre du Mouvement des Citoyens

Arthur RIEDACKER

Adhésion

Téléchargez le bulletin

d'adhésion au format PDF

Newsletter

Toute l'actu du MDC dans votre boîte aux lettres